“The gun made us cede our lands” – Abusive resettlement for a gold mine expansion in Upper Guinea

Cliquez ici pour la version française.

How does a community keep a sense of hope alive in the face of the grinding poverty, recurring intimidation, and house-shaking explosions that accompany life next to a gigantic open-pit gold mine? I asked myself this question again and again last week, over the course of a five-day fact-finding mission to investigate allegations of abusive resettlement in Kintinian in Upper Guinea.

img_20160917_154733724_hdr

Houses were destroyed as of June to begin digging at Area One. The school in the picture will be destroyed soon. Today it houses what locals call ‘refugees’ – people who haven’t yet found alternate housing.

The people of Kintinian have long had a poor relationship with Société AngloGold Ashanti de Guinée S.A. (SAG) – the Guinean subsidiary of South African mining giant AngloGold Ashanti – thanks to environmental degradation, unmet demand for local jobs, compensation disputes, favoritism, broken promises, and an overall perceived failure of industrial mining to bring tangible benefits to affected communities. In this context, the company’s decision to relocate about a thousand residents in order to expand into a new zone – called “Area One” – has been highly contentious.

As the Executive Director of Advocates for Community Alternatives, I was asked to join this fact-finding mission by Lien De Brouckere of Communities First, to provide strategic public interest litigation support to two Guinean NGOs: CECIDE and Même Droits pour Tous (MDT). As they publicly affirmed in late August, these two groups are trying to ensure that SAG and the Guinean government respect the communities’ legal rights as the company expands its operational footprint and relocates the residents of Area One. Our fact-finding team also included Guinean journalists and environmentalists, and we were ably supported by a group of courageous local professionals facing tremendous corporate and government pressure. While we have yet to compile and analyze the survey results of the nearly 100 resident property owners our team surveyed, I can say that our anecdotal findings definitely give cause for concern.

First, SAG and the Guinean military worked in concert to carry out an inventory of household assets in Area One in the immediate aftermath of the military’s violent repression of a protest against that very inventory. Military misconduct and violence (including by the bérets rouge – who were involved in the egregious human rights abuses during the stadium massacre of 28 September) were especially high in the days immediately preceding the inventory. This included arrests, threatening to fire on people, burning down huts, destroying homes, shooting tear gas inside people’s homes, widespread looting and more. Suffice it to say that this made people feel intimidated and led them to accept inventories that they deemed incomplete and inadequate. As one of the elders told us: “the gun made us cede our lands.” This raises a number of concerns, including an expectation under the Voluntary Principles on Security and Human Rights to try to prevent public security forces with a track record of human rights violations (such as the bérets rouges) from providing any security services at its sites.

Second, almost no one we surveyed in Area One had heard of, let alone understood the purpose or content of, SAG’s Resettlement Action Plan (RAP), most especially the compensation matrix that determines the values at which SAG will compensate different types of assets. This public document must be developed with the full participation of affected communities, according to international standards on resettlement that AngloGold claims to follow. (In fact, the RAP itself states that affected communities were excluded from consultations to develop it.) In particular, most women surveyed were completely in the dark about the procedure for resettlement and the terms of compensation that were offered to their families, despite a requirement that special care should be taken to ensure that vulnerable and excluded segments of the populations are informed and consulted during resettlement.

Finally, while our analysis will certainly show more cause for concern, I’ll end here by noting that SAG repeatedly tried to pressure community members into leaving their temporary accommodations (their homes having been destroyed since June) and moving to the relocation site, even though construction was not yet finished and the relocation homes had no provision for kitchens, water, electricity, or flood control – a contradiction of SAG’s own Resettlement Action Plan. One such attempt was made the day before our fact-finding mission arrived, in an apparent attempt to ensure that our group would arrive only to discover that the process was finished and that there were no facts to be found.

We’ve asked SAG and AngloGold Ashanti for their responses to a number of these issues and will confront them with the full results of the survey once they’ve been processed. With luck, this intervention can help support non-violence, and guarantee that the people of Kintinian receive the benefit of all the rights and protections of the laws and international standards that AngloGold Ashanti professes to respect.

« Le fusil a fait que nous avons cédé notre terre. » – Réinstallation abusive pour l’expansion d’une mine d’or en Haute Guinée

Comment une communauté peut-elle garder un sentiment d’espoir face à l’extrême pauvreté, l’intimidation récurrente, et les dynamitages qui font trembler les maisons – le tout faisant partie de la vie à côté d’une mine d’or gigantesque à ciel ouvert ? Je me suis posé cette question maintes fois la semaine dernière, au cours d’une mission d’enquête de cinq jours qui avait pour but d’établir les faits à la base des revendications concernant la réinstallation abusive à Kintinian en Haute Guinée.

img_20160917_154733724_hdr

Les maisons ont été détruites à partir de juin pour commencer l’excavation d’Area One. L’école dans l’image sera bientôt détruite. Aujourd’hui, elle abrite ceux que les habitants appellent les « réfugiés » – des personnes qui n’ont pas encore trouvé un autre logement.

Les habitants de Kintinian souffre depuis longtemps de mauvaises relations avec la Société AngloGold Ashanti de Guinée S.A. (la SAG) – la filiale guinéenne du géant minier sud-africain AngloGold Ashanti – grâce à la dégradation environnementale, la demande non satisfaite pour les emplois locaux, les conflits autour de la compensation, le favoritisme, les promesses non tenues, et la perception d’un échec global de l’exploitation minière industrielle d’apporter de vrais avantages aux communautés affectées. Dans ce contexte, la décision de la société de délocaliser environ un millier d’habitants afin d’étendre ses opérations dans une nouvelle zone – appelée « Area One » – a été très controversée.

En tant que Directeur Exécutif de l’ONG « Advocates for Community Alternatives », Lien De Brouckere de Communities First m’a demandé de participer à cette mission d’enquête, afin de fournir un appui dans le domaine des litiges stratégiques d’intérêt public à deux ONG guinéennes: le Centre de Commerce International pour le Développement (CECIDE) et Mêmes Droits pour Tous (MDT). Tout comme ils l’ont affirmé publiquement fin août, ces deux structures ont pour objectif dans ce cadre de faire en sorte que la SAG et le gouvernement guinéen respectent les droits légaux des communautés pendant que la société étend son empreinte opérationnelle et déplace les habitants d’Area One. Notre équipe d’enquête comprenait également des journalistes et des écologistes guinéens, et nous avons été bien soutenu par un groupe de professionnels locaux courageux face à la pression énorme des entreprises et du gouvernement. Alors que nous n’avons pas encore compilé et analysé de près les résultats du sondage d’environ 100 propriétaires résidents interrogé par notre équipe, je peux dire que nos résultats anecdotiques sont certainement sources de préoccupation.

Tout d’abord, la SAG et le militaire guinéen ont collaboré pour réaliser un recensement des actifs des ménages d’Area One tout de suite après la répression violente par les militaires d’une manifestation contre le recensement-même. L’inconduite militaire et la violence (y compris par les bérets rouges – qui ont été impliqués dans les violations flagrantes des droits humains lors du massacre du 28 septembre) étaient particulièrement élevés dans les jours précédant immédiatement le recensement. Cela comprend les arrestations, les menaces de tirer sur les personnes, mettre le feu aux cases, détruire les maisons, lancer le gaz lacrymogène à l’intérieur des maisons, le pillage largement répandu, etc. Il va sans dire que cela avait pour effet d’intimider les populations et leur a fait consentir un recensement que les habitants estiment être incomplet et inadéquat. Tout comme l’un des sages nous a dit : «  Le fusil a fait que nous avons céder notre terre. » Ces évènements soulèvent un certain nombre de préoccupations, y compris le non-respect d’une exigence découlant des Principes Volontaires concernant la Sécurité et les Droits Humains d’empêcher la participation des forces de sécurité publique avec des antécédents des violations des droits humains (tels que les bérets rouges) aux services de sécurité sur les sites.

Deuxièmement, presque personne parmi ceux que nous avons interrogé dans la zone « Area One » avait entendu parler – sans parler de comprendre le but ou contenu même – du Plan d’Action de Réinstallation et de Compensation (PARC) de la SAG, surtout son matrice d’indemnisation qui détermine les valeurs auxquelles la SAG compensera différents types d’actifs. Ce document public doit être élaboré avec la pleine participation des communautés affectées, selon les normes internationales en matière de réinstallation qu’AngloGold Ashanti prétend suivre. (En fait, selon le texte du PARC, les communautés affectées ont été exclues des consultations pour son élaboration.) De plus, la plupart des femmes interrogées se trouvait complètement dans le noir concernant la procédure de réinstallation et les modalités d’indemnisation qui ont été offerts à leurs familles, en dépit d’une exigence que des précautions particulières doivent être prises pour assurer que les groupes vulnérables et exclus des populations soient informés et consultés lors de la réinstallation.

Enfin, alors que notre analyse montrera certainement davantage des sources d’inquiétude, je vais me contenter de finir ici en notant que la SAG a tenté à plusieurs reprises d’exercer une pression sur les membres de la communauté pour quitter leur logement temporaire (leurs maisons étant déjà détruites depuis juin) et se déplacer vers le site de réinstallation, alors que la construction n’est pas encore terminé, ils n’ont aucune disposition pour les cuisines, suffisamment d’eau, d’électricité ou de contrôle des inondations – une contradiction au PARC de la SAG. Une telle tentative a été faite la veille de l’arrivé de notre mission d’enquête ; une tentative apparente de faire en sorte que notre groupe de missionnaires n’arriverait que pour découvrir que le processus a été terminé et qu’il n’y avait plus de faits à rechercher.

Nous avons demandé à la SAG et AngloGold Ashanti de répondre à un certain nombre de ces questions et nous allons les confronter avec les résultats complets de l’enquête une fois qu’ils ont été traités. Avec de la chance, cette intervention peut aider à soutenir la non-violence à Kintinian, et de garantir que les habitants d’Area One reçoivent le bénéfice de tous les droits et protections des lois et des normes internationales qu’AngloGold Ashanti professe à respecter.

Boîte à Outils “Mines Industrielles & Communautés Locales” – RDC

DRC Toolkit ThumbnailClick here for the English version.

Cette trousse d’informations et boîte à outils à l’intention des organisations de la société civile et des communautés locales –”Mines Industrielles & Communautés Locales: Promouvoir le développement axé sur les droits humains dans le contexte de l’exploitation minière industrielle en République Démocratique du Congo” – a été publié par l’Association du Barreau Américain au nom de son Initiative Etat de Droit (en sigle, ABA ROLI) en juillet 2016. Lien De Brouckere était la directrice de projet et rédactrice en chef du texte.
Continue reading

Collaboration with International Rivers on resettlement guide for Inga 3 dam in DRC

a_guide_for_communities_to_be_impacted_by_the_inga_3_damCliquez ici pour accéder à la version française.

News in the past few weeks about the long-debated DRC Inga 3 dam project – a “dream for Africa” and part of the world’s largest hydropower scheme – has only been more and more worrying. Environmental and social impact assessments and a resettlement action plan have yet to be carried out, even though funding was approved two years ago and a consultancy was selected in September 2015. Notwithstanding this, a consortium of China Three Gorges Corp. and Sinohydro appear to be the likely project developers to be selected in August, with construction beginning in June of next year. Continue reading

Mentions in resources by Cordaid and Natural Justice

One of my many summer projects is to update and reorganize the library of community toolkits on this site with some of the great new publications in the past year or so from fellow organizations similarly working to support community participation in decision-making related to infrastructure and other projects with significant land and water use. As part of that update, today I would like to highlight two new resources that mention my work:

Continue reading

Questions & tensions around an industrial gold mine in South-Kivu

Cliquez ici pour accéder à la version française

What is the difference between an artisanal and an industrial mine? How can we participate in decision-making when only our local chiefs are consulted? How can we stop a mine from coming and who should we speak with about this? Promises were made by the company about local hiring, but they have been broken – how can we respond to this? We don’t have access to information about decisions made by the chefferie authorities – how can we get access to this other information you speak about?

Continue reading

Talking about extractive sector impact assessment and benefit-sharing in Kabul

Last week I was happy to be back in Kabul to do a series of in-person interviews, together with my national colleague, Javed Noorani, with a range of government, civil society, donor and private sector actors as part of our on-going consultations and research for an issue paper on the role of the extractive sector to support economic development and peace in Afghanistan. Continue reading